image_print

Dans le Larghetto de ce concerto je me suis permis, pour le thème initial, un retour à Mozart parce j’ai le culte de la ligne mélodique, et que je préfère Mozart à tous les autres musiciens. Si cela commence alla Mozart, cela ne tarde pas d’ailleurs à bifurquer, dès la réponse du second piano vers un style que m’était familier à l’époque.

Francis Poulenc, Entretiens avec Claude Rostand

#