Dans la tempête COVID-19, l’éclaircie de l’hydroxychloroquine ?

Une démocratie se définit par l’équilibre des pouvoirs. En période de crise sanitaire, une partie du pouvoir revient aux experts du domaine. Nous avons la chance d’en disposer en France, notamment du professeur Didier Raoult, qui dirige l’IHU – Méditerranée Infection de Marseille et qui fait dorénavant partie du conseil scientifique Covid-19 désigné par le gouvernement. Il a croisé ses études précédentes sur une molécule présente sur le marché depuis trois-quart de siècle, la chloroquine, avec celle effectuée in vivo par les scientifiques Chinois pendant la crise du COVID-19. Il s’agit aujourd’hui d’une course poursuite qui consiste à mettre à disposition de la population un test rapide et un traitement combinant l’hydroxychloroquine à un antibiotique (l’azithromycine) efficace sur les infections des voies respiratoire, ce qui diminuerait significativement le temps d’excrétion virale et l’apparition de complications. Les études scientifiques confirmant l’efficacité du traitement ne peuvent retarder la mise à disposition du produit sur une large échelle.

(AG)