Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien. La termitière future m’épouvante. Et je hais leur vertu de robots. Moi, j’étais fait pour être jardinier.

— Antoine de Saint-Exupéry, lettre à son ami Pierre Dalloz, écrite la veille de son dernier vol le 31 juillet 1944

image_print
Je hais leur vertu de robots…

Antoine de Saint-Exupéry