1

Du sublime au ridicule ?

Du sublime au ridicule, il n’y a qu’un pas.

(Napoléon Bonaparte, après sa retraite de Moscou en 1812)