Au fil de l’histoire, les Français se sont révoltés de nombreuses fois contre les abus du pouvoir en place. Parfois c’est notre langue elle-même qui crie au secours contre la mainmise de l’autorité sur certaines expressions qui se répètent comme des litanies au fil des discours: la formule « celles et ceux » est ainsi particulièrement insidieuse. Non seulement elle sépare les hommes et les femmes (il faut dit-on diviser pour mieux régner), mais elle distingue celles-ci et ceux-là de l’orateur qui désigne ainsi une population dont il ne ferait, pour les besoins de son raisonnement, plus partie. Inutile pourtant de se révolter: la trop grande fréquence d’une expression provoque une dissolution de sa portée et son inéluctable disparition. Par quoi la remplacer ? Pourquoi pas le pluriel de je, tu, il ou elle: nous… qui sommes tous sauf preuve du contraire embarqués dans la même galère.

(AG)

image_print


#