Ainsi va le monde; on travaille, on projette, on arrange d’un côté; la fortune accomplit l’autre: et depuis l’affamé conquérant qui voudrait avaler la terre, jusqu’au paisible aveugle qui se laisse mener par son chien, tous sont le jouet de ses caprices.

— Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro

image_print
Ainsi va le monde…

Beaumarchais
fortune
Le Mariage de Figaro
travail