La petite histoire de la chloroquine (et de l’hydroxychloroquine) ?

  • 1820: extraction de la quinine par les chimistes français Joseph Pelletier et Joseph Caventou, à partir de l’écorce de quinquina
  • 1934: synthèse d’un analogue moins toxique, la résochine (diphosphate de chloroquine), par Hans Andersag d’IG Farben
  • 1936, Andersag crée un dérivé de la résochine, moins toxique, la sontochine (3-méthyl-chloroquine, appartenant à une nouvelle classe d’antipaludiques, les amino-4-quinoléines)
  • 1946: la sontochine reçoit le nom de chloroquine
  • 1949: mise sur le marché en France de la chloroquine sous le nom de « Nivaquine »
  • 2020: l’hydroxychloroquine est classée «sur la liste II des substances vénéneuses», par un arrêté du 13 janvier du directeur général de la santé, Jérôme Salomon, par délégation pour Agnès Buzyn (jusqu’à cette date elle était en vente libre)
  • 2020: affirmation par le Pr Didier Raoult de l’IHU Méditerranée Infection de l’efficacité de l’association hydroxychloroquine + azithromycine sur le coronavirus du SARS-CoV-2