Romans

Un amour de Swann ?

Sur la toile:



  • A A A
  • Mais, tandis que chacune de ces liaisons, ou chacun de ces flirts, avait été la réalisation plus ou moins complète d’un rêve né de la vue d’un visage ou d’un corps que Swann avait, spontanément, sans s’y efforcer, trouvés charmants, en revanche, quand un jour au théâtre il fut présenté à Odette de Crécy par un de ses amis d’autrefois, qui lui avait parlé d’elle comme d’une femme ravissante avec qui il pourrait peut-être arriver à quelque chose, mais en la lui donnant pour plus difficile qu’elle n’était en réalité afin de paraître lui-même avoir fait quelque chose de plus aimable en la lui faisant connaître, elle était apparue à Swann non pas certes sans beauté, mais d’un genre de beauté qui lui était indifférent, qui ne lui inspirait aucun désir, lui causait même une sorte de répulsion physique, de ces femmes comme tout le monde a les siennes, différentes pour chacun, et qui sont l’opposé du type que nos sens réclament. Pour lui plaire elle avait un profil trop accusé, la peau trop fragile, les pommettes trop saillantes, les traits trop tirés. Ses yeux étaient beaux, mais si grands qu’ils fléchissaient sous leur propre masse, fatiguaient le reste de son visage et lui donnaient toujours l’air d’avoir mauvaise mine ou d’être de mauvaise humeur. Quelque temps après cette présentation au théâtre, elle lui avait écrit pour lui demander à voir ses collections qui l’intéressaient tant, « elle, ignorante qui avait le goût des jolies choses », disant qu’il lui semblait qu’elle le connaîtrait mieux, quand elle l’aurait vu dans « son home » où elle l’imaginait « si confortable avec son thé et ses livres », quoiqu’elle ne lui eût pas caché sa surprise qu’il habitât ce quartier qui devait être si triste et « qui était si peu smart pour lui qui l’était tant ». Et après qu’il l’eut laissée venir, en le quittant, elle lui avait dit son regret d’être restée si peu dans cette demeure où elle avait été heureuse de pénétrer, parlant de lui comme s’il avait été pour elle quelque chose de plus que les autres êtres qu’elle connaissait, et semblant établir entre leurs deux personnes une sorte de trait d’union romanesque qui l’avait fait sourire.

    (extrait d’Un amour de Swann, deuxième partie du roman Du côté de chez Swann, le premier tome d’À la recherche du temps perdu, de Marcel Proust)


    Abc Hotel France - idées et promotions



    Pour en savoir plus...
    Un amour de Swann ?: études
    Un amour de Swann ?: citations
    Un amour de Swann ?: commentaires
    Un amour de Swann ?: expositions
    Un amour de Swann ?: francophonie
    Un amour de Swann ?: guides
    Un amour de Swann ?: histoire
    Un amour de Swann ?: identité nationale
    Un amour de Swann ?: monuments
    Un amour de Swann ?: musées
    Un amour de Swann ?: photos
    Un amour de Swann ?: spectacles


    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant ? Les Hasards heureux de l’escarpolette ? Foucault: le pouvoir liant et immobilisant, une histoire jupitérienne ? Le premier but de l’histoire de la Coupe du monde de football a été marqué par la France ? Les peintres français les plus célèbres? Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? Les 5 grands sujets du bac philo 2014 ? Paul Eluard, Liberté ? 10 actrices françaises primées au festival de Cannes ? L’esprit de géométrie et l’esprit de finesse ? L’Europe de Jean Monnet: une union de peuples dans la liberté et la diversité ? Un dilemme, Joris-Karl Huysmans,  chapitre VI ? Un dilemme, Joris-Karl Huysmans, chapitre V ? Le scandale de la télédéclaration d’impôt sur les sociétés  ? Un dilemme, Joris-Karl Huysmans, chapitre IV ?

    Balnéo, thalasso, spa ?



    RSSSubscribe via RSS