Théâtre

Les imprécations de Camille

Sur la toile:

Rome, l’unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !
Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !
Puissent tous ses voisins ensemble conjurés
Saper ses fondements encor mal assurés !
Et si ce n’est assez de toute l’Italie,
Que l’orient contre elle à l’occident s’allie ;
Que cent peuples unis des bouts de l’univers
Passent pour la détruire et les monts et les mers !
Qu’elle-même sur soi renverse ses murailles,
Et de ses propres mains déchire ses entrailles !
Que le courroux du ciel allumé par mes vœux
Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux !
Puissé-je de mes yeux y voir tomber ce foudre,
Voir ses maisons en cendre, et tes lauriers en poudre,
Voir le dernier Romain à son dernier soupir,
Moi seule en être cause, et mourir de plaisir !

Corneille, Horace, acte IV, scène 5



Print Friendly


Sur Google:


Pour en savoir plus...
Les imprécations de Camille: études
Les imprécations de Camille: citations
Les imprécations de Camille: commentaires
Les imprécations de Camille: événements
Les imprécations de Camille: expositions
Les imprécations de Camille: francophonie
Les imprécations de Camille: guides
Les imprécations de Camille: histoire
Les imprécations de Camille: monuments
Les imprécations de Camille: musées
Les imprécations de Camille: photos
Les imprécations de Camille: spectacles
Les imprécations de Camille: vidéos

Un commentaire ?

1 Comment so far


  1. 1 Thomas on novembre 30, 2014 1:58

    Une tirade exceptionelle. À chaque fois, on retrouve le même sentiment de plaisir sur ces mots dont pas un ne peut être enlevé. Elle montre tout le chef d’oeuvre de Corneille.

Votre nom (requis)

Votre Email (requis)