Elocution, Théâtre

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?

Citations, culture, promotions: , ,

  • A A A
  • Oreste

    Quoi ? Pyrrhus, je te rencontre encore ?
    Trouverai-je partout un rival que j’abhorre ?
    Percé de tant de coups, comment t’es-tu sauvé ?
    Tiens, tiens, voilà le coup que je t’ai réservé.
    Mais que vois-je ? À mes yeux Hermione l’embrasse !
    Elle vient l’arracher au coup qui le menace ?
    Dieux ! quels affreux regards elle jette sur moi !
    Quels démons, quels serpents traîne-t-elle après soi ?
    Eh bien ! filles d’enfer, vos mains sont-elles prêtes ?
    Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?
    À qui destinez-vous l’appareil qui vous suit ?
    Venez-vous m’enlever dans l’éternelle nuit ?
    Venez, à vos fureurs Oreste s’abandonne.
    Mais non, retirez-vous, laissez faire Hermione :
    L’ingrate mieux que vous saura me déchirer ;
    Et je lui porte enfin mon cœur à dévorer.

    Pylade

    Il perd le sentiment. Amis, le temps nous presse.
    Ménageons les moments que ce transport nous laisse.
    Sauvons-le. Nos efforts deviendraient impuissants
    S’il reprenait ici sa rage avec ses sens.

    (Racine, Andromaque, fin de l’acte V)


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Théâtre

    La fin de Dom Juan, vue par Molière ?


  • A A A
  • Dom Juan était-il aveugle au moment de mourir ?
    Est-il mort d’une crise cardiaque ?
    Souffrait-il de syphilis, le “mal français” ?
    Molière s’est-il inspiré de François-Jacques d’Amboise d’Aubijoux, son protecteur, amant de Ninon de Lanclos, mort de syphilis en 1656, pour donner une couleur médicale à la destinée de Dom Juan ?
    Pas impossible de la part de l’auteur du Médecin malgré lui

    La Statue, Dom Juan, Sganarelle.

    La Statue
    Arrêtez, Dom Juan : vous m’avez hier donné parole de venir manger avec moi.

    Dom Juan
    Oui. Où faut-il aller ?

    La Statue
    Donnez-moi la main.

    Dom Juan
    La voilà.

    La Statue
    Dom Juan, l’endurcissement au péché traîne une mort funeste, et les grâces du Ciel que l’on renvoie ouvrent un chemin à sa foudre.

    Dom Juan
    Ô Ciel ! que sens-je ? Un feu invisible me brûle, je n’en puis plus, et tout mon corps devient un brasier ardent. Ah !

    Le tonnerre tombe avec un grand bruit et de grands éclairs sur Dom Juan ; la terre s’ouvre et l’abîme ; et il sort de grands feux de l’endroit où il est tombé.

    Sganarelle
    Ah ! mes gages ! mes gages ! Voilà par sa mort un chacun satisfait: Ciel offensé, lois violées, filles séduites, familles déshonorées, parents outragés, femmes mises à mal, maris poussés à bout, tout le monde est content. Il n’y a que moi seul de malheureux. Mes gages ! Mes gages ! Mes gages !

    (Dom Juan ou le Festin de pierre, Molière, 1665)

    


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Théâtre

    La tirade de la calomnie ?

    Citations, culture, promotions: ,

  • A A A
  • La calomnie, Monsieur ! Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j’ai vu les plus honnêtes gens près d’en être accablés. Croyez qu’il n’y a pas de plate méchanceté, pas d’horreurs, pas de conte absurde, qu’on ne fasse adopter aux oisifs d’une grande ville en s’y prenant bien : et nous avons ici des gens d’une adresse !… D’abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné.

    Telle bouche le recueille, et piano, piano, vous le glisse en l’oreille adroitement. Le mal est fait ; il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable ; puis tout à coup, ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s’enfler, grandir à vue d’oeil. Elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait ?

    Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Barbier de Séville, Acte II, Scène 8.


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Théâtre

    Le Misanthrope, Molière, acte V, scène 4 ?

    Citations, culture, promotions: , , ,

  • A A A
  • Alceste.
    Oui, je veux bien, perfide, oublier vos forfaits ;
    j’en saurai, dans mon âme, excuser tous les traits,
    et me les couvrirai du nom d’ une foiblesse
    où le vice du temps porte votre jeunesse,
    pourvu que votre coeur veuille donner les mains
    au dessein que j’ai fait de fuir tous les humains,
    et que dans mon désert, où j’ai fait voeu de vivre,
    vous soyez, sans tarder, résolue à me suivre :
    c’est par là seulement que, dans tous les esprits,
    vous pouvez réparer le mal de vos écrits,
    et qu’après cet éclat, qu’un noble coeur abhorre,
    il peut m’être permis de vous aimer encore.

    Célimène.
    Moi, renoncer au monde avant que de vieillir,
    et dans votre désert aller m’ensevelir !

    Alceste.
    Et s’il faut qu’à mes feux votre flamme réponde,
    que vous doit importer tout le reste du monde ?
    Vos desirs avec moi ne sont-ils pas contents ?

    Célimène.
    La solitude effraye une âme de vingt ans :
    je ne sens point la mienne assez grande, assez forte,
    pour me résoudre à prendre un dessein de la sorte.
    Si le don de ma main peut contenter vos voeux,
    je pourrai me résoudre à serrer de tels noeuds ;
    et l’ hymen…

    Alceste.
    Non : mon coeur à présent vous déteste,
    et ce refus lui seul fait plus que tout le reste.
    Puisque vous n’êtes point, en des liens si doux,
    pour trouver tout en moi, comme moi tout en vous,
    allez, je vous refuse, et ce sensible outrage
    de vos indignes fers pour jamais me dégage.

    Extrait de l’acte V, scène 4


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Sélection, Théâtre

    Cyrano de Bergerac: la tirade des nez ?

    Citations, culture, promotions: ,

  • A A A
  • Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme !
    On pouvait dire… oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…
    En variant le ton, —par exemple, tenez :
    Agressif : « moi, monsieur, si j’avais un tel nez,
    Il faudrait sur le champ que je me l’amputasse ! »
    Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :
    Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »
    Descriptif : « c’est un roc ! … c’est un pic… c’est un cap !
    Que dis-je, c’est un cap ? … c’est une péninsule ! »
    Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ?
    D’écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »
    Gracieux : « aimez-vous à ce point les oiseaux
    Que paternellement vous vous préoccupâtes
    De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
    Truculent : « ça, monsieur, lorsque vous pétunez,
    La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
    Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée ? »
    Prévenant : « gardez-vous, votre tête entraînée
    Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
    Tendre : « faites-lui faire un petit parasol
    De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
    Pédant : « l’animal seul, monsieur, qu’Aristophane
    Appelle hippocampelephantocamélos
    Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os ! »
    Cavalier : « quoi, l’ami, ce croc est à la mode ?
    Pour pendre son chapeau c’est vraiment très commode ! »
    Emphatique : « aucun vent ne peut, nez magistral,
    T’enrhumer tout entier, excepté le mistral ! »
    Dramatique : « c’est la Mer Rouge quand il saigne ! »
    Admiratif : « pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
    Lyrique : « est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
    Naïf : « ce monument, quand le visite-t-on ? »
    Respectueux : « souffrez, monsieur, qu’on vous salue,
    C’est là ce qui s’appelle avoir pignon sur rue ! »
    Campagnard : « hé, ardé ! C’est-y un nez ? Nanain !
    C’est queuqu’navet géant ou ben queuqu’melon nain ! »
    Militaire : « pointez contre cavalerie ! »
    Pratique : « voulez-vous le mettre en loterie ?
    Assurément, monsieur, ce sera le gros lot ! »
    Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
    « Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
    A détruit l’harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
    —Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
    Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit :
    Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
    Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres
    Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot !
    Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut
    Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
    Me servir toutes ces folles plaisanteries,
    Que vous n’en eussiez pas articulé le quart
    De la moitié du commencement d’une, car
    Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
    Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.

    (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 4)


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:





    • Page 1 sur 3
    • 1
    • 2
    • 3
    • >
    Théâtre ? YouTube
    Théâtre ? Wikipedia
    Théâtre ? études
    Théâtre ? citations
    Théâtre ? commentaires
    Théâtre ? expositions
    Théâtre ? francophonie
    Théâtre ? guides
    Théâtre ? histoire
    Théâtre ? livres
    Théâtre ? monuments
    Théâtre ? musées
    Théâtre ? photos
    Théâtre ? spectacles
    Théâtre ? videos
    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant ? Les Hasards heureux de l’escarpolette ? Foucault: le pouvoir liant et immobilisant, une histoire jupitérienne ? Le premier but de l’histoire de la Coupe du monde de football a été marqué par la France ? Les peintres français les plus célèbres? Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? Les 5 grands sujets du bac philo 2014 ? Paul Eluard, Liberté ? 10 actrices françaises primées au festival de Cannes ? L’esprit de géométrie et l’esprit de finesse ? L’Europe de Jean Monnet: une union de peuples dans la liberté et la diversité ? Un dilemme, Joris-Karl Huysmans,  chapitre VI ? Un dilemme, Joris-Karl Huysmans, chapitre V ? Le scandale de la télédéclaration d’impôt sur les sociétés  ? Un dilemme, Joris-Karl Huysmans, chapitre IV ?

    Balnéo, thalasso, spa ?



    RSSSubscribe via RSS