10 actrices françaises primées au festival de Cannes ?

1946: Michèle Morgan dans La Symphonie pastorale de Jean Delannoy
1959: Simone Signoret dans Les Chemins de la haute ville (Room at the Top) de Jack Clayton
1960: Jeanne Moreau dans Moderato cantabile de Peter Brook
1980: Anouk Aimée dans Le Saut dans le vide (Salto nel vuoto) de Marco Bellocchio
1981: Isabelle Adjani dans Quartet de James Ivory et dans Possession d’Andrzej Zulawski
1991: Irène Jacob dans La Double Vie de Véronique de Krzysztof Kieślowski
2001: Isabelle Huppert dans La Pianiste (Die Klavierspielerin) de Michael Haneke
2009: Charlotte Gainsbourg dans Antichrist de Lars von Trier
2010: Juliette Binoche dans Copie conforme d’Abbas Kiarostami
2013: Bérénice Bejo dans Le Passé de Asghar Farhadi

(liste non limitative)




2014: année de la liberté ?

Liberté de penser,
Liberté de penser autrement qu’il en est convenu,

Liberté de proposer,
Liberté de proposer autre chose qu’il en est l’habitude,

Liberté de questionner,
Liberté de questionner ce qui vient d’en haut,

Liberté de ne pas tout prendre,
Liberté de ne pas tout prendre de haut ou de bas,

Liberté de changer,
Liberté de changer ce qui ne va pas,

Liberté de parler,
Liberté de parler même de ce qui va bien,

Liberté d’aimer,
Liberté d’aimer et de le dire tout haut,

Liberté d’être fidèle,
Liberté d’être fidèle à ceux que l’on aime,

Liberté de dire la vérité,
Liberté de dire la vérité sans crainte de reproche,

Liberté d’être juste,
Liberté d’être juste et de respecter la justice,

Liberté de travailler,
Liberté de travailler en égalité, en fraternité,

Liberté de créer, d’inventer,
Liberté de créer, d’inventer chaque moment de la vie,

Liberté de ne pas écouter,
Liberté de ne pas écouter ceux qui ont peur du lendemain,

Liberté de construire,
Liberté de construire ce meilleur monde de demain,

Liberté de rire,
Liberté de rire de ce qui craint le rire,

Liberté de s’amuser,
Liberté de s’amuser de ce que l’on fait,

Liberté de savoir que l’on peut,
Liberté de savoir que l’on peut être libre.

Liberté,
Liberté chérie.

(Alexandre-Pierre Gaspar, Liberté, liberté chérie)




5 grands choix de société pour la France, par ordre alphabétique ?

  • Gestion & tradition: François Fillon.
  • Société & écologie: Benoit Hamon.
  • Protection & nation: Marine Le Pen.
  • Finance & mondialisation: Emmanuel Macron.
  • Ethique & solidarité: Jean-Luc Mélenchon.



A Cœur… Par Cœur: Abc de culture française

La mémoire orale transmise de génération en génération dans une famille française ? Un livre à lire (à cœur) et à apprendre (par cœur).

From poetry to music, from science to politics, French oral memory and culture in your hand.





Alceste à bicyclette ?

Une variation sur le Misanthrope de Molière,
orchestrée par Philippe Le Guay.

Lequel est le pessimiste:
Alceste ou Philinte ?
Fabrice Luchini ou Lambert Wilson ?

 

Sur quelque préférence une estime se fonde,
Et c’est n’estimer rien qu’estimer tout le monde.

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=uLLS7n2GBnQ]




Alexandre Dumas père, par Nadar ?

– Au fait, cher Maître, vous devez bien vous y connaître en nègres ?
– Mais très certainement. Mon père était un mulâtre, mon grand-père était un nègre et mon arrière-grand-père était un singe. Vous voyez, Monsieur: ma famille commence où la vôtre finit.

(Alexandre Dumas père, l’auteur des Trois Mousquetaires, était quarteron, son père Thomas-Alexandre Davy de la Pailleterie, dit le général Dumas, était mulâtre de Saint-Domingue)




Biarritz, ville du surf ?

Station balnéaire réputée depuis le XIXe siècle, l’impératrice Eugénie décida d’en faire sa villégiature après y avoir séjourné.
Napoléon III lui construisit un palais, aujourd’hui Hôtel du Palais, toutes les têtes couronnées d’Europe suivirent.
En 1957, le scénariste américain Peter Viertel, époux de Deborah Kerr, lança le surf à Biarritz.
1993: Premier Surf Festival, depuis, en Juillet, le Surf Festival de Biarritz attire des surfers du monde entier.
Biarritz est une commune du département des Pyrénées-Atlantiques, région Aquitaine.




Ce qui pourrait plomber Emmanuel Macron au 1er tour ?

  • – l’incertitude de ses supporters aux sondages,
  • – l’association à l’image de François Hollande, qui est mauvaise,
  • – les nombreux socialistes qui se rallient, ce qui le radicalise,
  • – le Fillon bashing sans doute pour le moins exagéré, avec ou sans cabinet noir,
  • – le projet de société axé sur la finance,
  • – le patrimoine évanescent,
  • – l’immobilier menacé.

(Iconographie: galène, source naturelle de sulfure de plomb)




Cocorico.com choisit Qwant pour ses recherches web ?

Qwant.com, le moteur de recherche français créé en 2013 est un choix cohérent pour Cocorico.com, un des tout premiers site Internet français (lancé en 1996). Qwant permet d’élargir ses connaissances à partir des éléments de French culture glanés sur Cocorico!, en présentant sur une même page images, vidéos, offres commerciales, sites, actualités, réseaux sociaux. Par ailleurs la vie privée est respectée: aucun cookie intempestif sur votre ordinateur! Les boutons rouges de recherche branchés directement sur Qwant sont accessibles au début de chaque article. Cocorico!




Couvrez ce sein que je ne saurais voir…

TARTUFFE

Couvrez ce sein que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.

DORINE

Vous êtes donc bien tendre à la tentation ;
Et la chair sur vos sens fait grande impression !
Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte :
Mais à convoiter, moi, je ne suis point si prompte :
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas,
Que toute votre peau ne me tenterait pas.

— Molière, Tartuffe, acte III, scène II, vers 858-868

(Iconographie: Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, détail, musée du Louvre)




Cyrano de Bergerac: la tirade des nez ?

Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire… oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…
En variant le ton, —par exemple, tenez :
Agressif : « moi, monsieur, si j’avais un tel nez,
Il faudrait sur le champ que je me l’amputasse ! »
Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »
Descriptif : « c’est un roc ! … c’est un pic… c’est un cap !
Que dis-je, c’est un cap ? … c’est une péninsule ! »
Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ?
D’écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »
Gracieux : « aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
Truculent : « ça, monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée ? »
Prévenant : « gardez-vous, votre tête entraînée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
Tendre : « faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
Pédant : « l’animal seul, monsieur, qu’Aristophane
Appelle hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os ! »
Cavalier : « quoi, l’ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau c’est vraiment très commode ! »
Emphatique : « aucun vent ne peut, nez magistral,
T’enrhumer tout entier, excepté le mistral ! »
Dramatique : « c’est la Mer Rouge quand il saigne ! »
Admiratif : « pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
Lyrique : « est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
Naïf : « ce monument, quand le visite-t-on ? »
Respectueux : « souffrez, monsieur, qu’on vous salue,
C’est là ce qui s’appelle avoir pignon sur rue ! »
Campagnard : « hé, ardé ! C’est-y un nez ? Nanain !
C’est queuqu’navet géant ou ben queuqu’melon nain ! »
Militaire : « pointez contre cavalerie ! »
Pratique : « voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, monsieur, ce sera le gros lot ! »
Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l’harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
—Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit :
Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot !
Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n’en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d’une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.

(Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 4)




Dépense publique totale prévue de la France en 2014 ?

1.950 milliards d’euros de dépense publique prévue pour 2014 (environ 30.000 euros par Français), soit 95,1% du PIB (93,4% en 2013).