Cocorico ! Litterature




Litterature

A la recherche du temps perdu, la premiĂšre phrase


  • A A A
  • Longtemps, je me suis couchĂ© de bonne heure. Parfois, Ă  peine ma bougie Ă©teinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure aprĂšs, la pensĂ©e qu’il Ă©tait temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumiĂšre ; je n’avais pas cessĂ© en dormant de faire des rĂ©flexions sur ce que je venais de lire, mais ces rĂ©flexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-mĂȘme ce dont parlait l’ouvrage : une Ă©glise, un quatuor, la rivalitĂ© de François Ier et de Charles-Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes Ă  mon rĂ©veil ; elle ne choquait pas ma raison, mais pesait comme des Ă©cailles sur mes yeux et les empĂȘchait de se rendre compte que le bougeoir n’était pas allumĂ©. Puis elle commençait Ă  me devenir inintelligible, comme aprĂšs la mĂ©tempsycose les pensĂ©es d’une existence antĂ©rieure ; le sujet du livre se dĂ©tachait de moi, j’étais libre de m’y appliquer ou non ; aussitĂŽt je recouvrais la vue et j’étais bien Ă©tonnĂ© de trouver autour de moi une obscuritĂ©, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-ĂȘtre plus encore pour mon esprit, Ă  qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incomprĂ©hensible, comme une chose vraiment obscure. Je me demandais quelle heure il pouvait ĂȘtre ; j’entendais le sifflement des trains qui, plus ou moins Ă©loignĂ©, comme le chant d’un oiseau dans une forĂȘt, relevant les distances, me dĂ©crivait l’étendue de la campagne dĂ©serte oĂč le voyageur se hĂąte vers la station prochaine ; et le petit chemin qu’il suit va ĂȘtre gravĂ© dans son souvenir par l’excitation qu’il doit Ă  des lieux nouveaux, Ă  des actes inaccoutumĂ©s, Ă  la causerie rĂ©cente et aux adieux sous la lampe Ă©trangĂšre qui le suivent encore dans le silence de la nuit, Ă  la douceur prochaine du retour.

    Marcel Proust,  A la recherche du temps perdu, Du cÎté de chez Swann.


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Litterature

    L’enfant des Feuillantines


  • A A A
  • Au commencement de ce siĂšcle, un enfant habitait, dans le quartier le plus dĂ©sert de Paris, une grande maison qu’entourait et qu’isolait un grand jardin. Article complet


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Histoire, Litterature, Politique

    François Bayrou, L’Escholier de la Sorbonne ?

    Citations, culture, promotions: ,

  • A A A
  • Je dirais sans doute que je viens de loin, il y avait des parents trĂšs intelligents, sans argent bien sĂ»r, du tout, vraiment du tout, mais il y avait des livres, mĂȘme si les livres Ă©taient trĂšs vieux, la plupart Ă©taient des livres du dĂ©but du siĂšcle et certains de la fin du XIXĂšme siĂšcle, mais les livres Ă©taient trĂšs importants Ă  la maison. Tout le monde lisait pendant que nous Ă©tions Ă  table. Papa avait son livre, maman avait son livre, ma soeur avait son livre et moi j’avais le mien. Et l’histoire Ă©tait trĂšs importante alors, c’Ă©tait sans doute une histoire Ă  la maniĂšre de la lĂ©gende rĂ©publicaine. C’est Ă  dire enjolivĂ©e, c’est Ă  dire Barras, c’Ă©tait NapolĂ©on, c’Ă©tait le Pont d’Arcole, c’Ă©tait Austerlitz. Le premier livre que j’ai lu je l’ai retrouvĂ© rĂ©cemment Ă  la maison il y avait mĂȘme des lignes d’Ă©criture de l’enfant qui apprenait Ă  Ă©crire sur les pages de garde c’Ă©tait l’Escholier de la Sorbonne et c’Ă©tait un livre sur la Sorbonne au Moyen Age et les rivalitĂ©s entre les diffĂ©rentes provinces de la Sorbonne et ce que c’Ă©tait que le tour d’Europe que faisaient les Ă©tudiants de la Sorbonne au Moyen Age et je lisais ça quand j’avais sept ans.

    (extrait d’une interview de François Bayrou sur France Culture, en 2007)

    François Bayrou peut s’estimer heureux. Deux gĂ©nĂ©rations plus tard, L’Escholier de la Sorbonne, Ă©tudiant Ă©ternel (Ă©tudiante?), multidisciplinaire est de retour: consultez son site.


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Litterature, Société

    Etre français

    Citations, culture, promotions: ,

  • A A A
  • To be French is not the privilege of those who have French nationality. It implies knowing what France is all about: history, poetry, music, politics, culture.

    Il ne suffit pas pour ĂȘtre français d’ĂȘtre de nationalitĂ© française. Nombreux sont ceux qui dans le monde se disent français sans avoir besoin d’ĂȘtre inscrits sur nos listes Ă©lectorales. Moins certainement qu’Ă  l’Ă©poque oĂč les artistes du monde entier, tels Franz Liszt ou Rossini, choisissaient la France comme terre d’Ă©lection. Mais encore et toujours et partout l’on trouve des hommes et des femmes qui adhĂšrent Ă  notre langue, notre histoire, notre culture. Et celle-ci ne se rĂ©duit certainement pas Ă  la pĂ©riode rĂ©cente, marquĂ©e par les sports de masse et les conflits sociaux. Une partie de ce dĂ©nominateur commun qui lie les Français du monde entier a Ă©tĂ© rassemblĂ© dans un livre, Ă  lire et Ă  rĂ©apprendre: ce qu’il faut savoir pour ĂȘtre français…


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:


    Litterature

    Balzac par Oscar Wilde

    Citations, culture, promotions:

  • A A A
  • As for Balzac, he was a most remarkable combination of the artistic temperament with the scientific spirit. The latter he bequeathed to his disciples. The former was entirely his own. The difference between such a book as M. Zola’s L’Assommoir and Balzac’s Illusions Perdues is the difference between unimaginative realism and imaginative reality. ‘All Balzac’s characters’ said Baudelaire, ‘are gifted with the same ardour of life that animated himself. All his fictions are as deeply coloured as dreams. Each mind is a weapon loaded to the muzzle with will. The very scullions have genius.’ A steady course of Balzac reduces our living friends to shadows, and our acquaintances to the shadows of shades. His characters have a kind of fervent fiery-coloured existence. They dominate us, and defy scepticism. One of the greatest tragedies of my life is the death of Lucien de Rubempre. It is a grief from which I have never been able completely to rid myself. It haunts me in my moments of pleasure. I remember it when I laugh. But Balzac is no more a realist than Holbein was. He created life, he did not copy it. (Oscar Wilde)


    Abc Hotel France - idées et promotions

    Sur la toile:





    Litterature ? YouTube
    Litterature ? Wikipedia
    Litterature ? études
    Litterature ? citations
    Litterature ? commentaires
    Litterature ? expositions
    Litterature ? francophonie
    Litterature ? guides
    Litterature ? histoire
    Litterature ? livres
    Litterature ? monuments
    Litterature ? musées
    Litterature ? photos
    Litterature ? spectacles
    Litterature ? videos
    Et Dieu crĂ©a la femme ? Voyelles d’Arthur Rimbaud ? Les 3 premiers Français prix Nobel d’Ă©conomie ? Impression soleil levant, de Claude Monet ? Les 15 premiers Français laurĂ©ats du prix Nobel de littĂ©rature ? Le Petit FĂ»t (2) ? Le Petit FĂ»t (1) ? Je fais souvent ce rĂȘve Ă©trange et pĂ©nĂ©trant ? Les Hasards heureux de l’escarpolette ? Foucault: le pouvoir liant et immobilisant, une histoire jupitĂ©rienne ? Le premier but de l’histoire de la Coupe du monde de football a Ă©tĂ© marquĂ© par la France ? Les peintres français les plus cĂ©lĂšbres? Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos tĂȘtes ? Les 5 grands sujets du bac philo 2014 ? Paul Eluard, LibertĂ© ?